05 Jul 2017

Mort d'Antoinette Fouque, une "ambition historique de femme" | L'Humanité

Tendances artistiques
Mort d'Antoinette Fouque, une "ambition historique de femme" | L'Humanité

Enseignement et psychanalyse : lesactes militants d'Antoinette Fouque

Dès 1972, Antoinette Fouque (Humanite) s'associe à une UV clandestine sur la sexualité féminine aux côtés de la psychanalyste Luce Irigaray. La future militante lie connaissance avec Jacques Lacan, réputé psychanalyste dans les années soixante. Antoinette Fouque a été enseignante après des études supérieures en Lettres.

Toute la littérature féminine du moment est présentée dans sa première boutique dans le sixième arrondissement de Paris. Antoinette Fouque s'est aperçue à quel point les femmes occupent peu de place dans le secteur du livre à force de coudoyer les milieux littéraires. Les lecteurs ont découvert de multiples écrivains grâce à la maison d’édition d’Antoinette Fouque, qui propose plus de 600 ouvrages consacrés à la pensée féminine.

Son engagement politique, l’Alliance des Femmes pour la Démocratie

En ce début de XXIe siècle, les droits des femmes se trouvent toujours en danger et l’Alliance des Femmes pour la Démocratie se bat pour juguler la poussée des extrémismes identitaires de tous bords. L'AFD lancée par Antoinette Fouque est plus que jamais active et soutient la gauche, qui relaie le combat des femmes.. A l'occasion du bicentenaire de la déclaration des droits de l’homme, en 1989, Antoinette Fouque fonde l’Alliance des Femmes pour la Démocratie.

Dans les pages de 3 ouvrages, Antoinette Fouque décrit la féminologie. La théoricienne n'est pas en phase avec l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir. Bien sûr, l'auteure a participé à quelques ouvrages collectifs et à de nombreux entretiens. Le combat d’Antoinette Fouque ne cède pas aux tentations de l'activisme pur et dur, il revendique la place de mère, qui ne peut s’opposer à la libération des femmes.

Une militante de toutes les luttes

l’Observatoire de la Misogynie, le Club Parité 2000 et Le Collège de Féminologie ont été fondés par Antoinette Fouque. Chevalier des Arts et lettres et Commandeur dans l'ordre de la Légion d'honneur, elle s’éteint à Paris au début de l'année 2014. Avec le Mouvement de libération des femmes lors d’une manifestation sous l’Arc de Triomphe, elle clame : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ». Antoinette Fouque s'engage aux côtés de femmes en danger comme la Kurde Leyla Zana et la Catalane Eva Forest.

Le Mouvement de libération des femmes a été fondé dans le but d'éviter une récupération par les partis. Une nouvelle structure nommée l'Alliance des femmes pour la démocratie nait sous la houlette d’Antoinette Fouque à la fin des années 80 lorsqu'elle revient du pays de l'Oncle Sam. Le droit des femmes a été la principale lutte de sa vie. A la fin des années soixante-dix, Antoinette Fouque et d'autres militantes choisissent d'enregistrer le MLF comme une association.